top of page

Je pense donc je critique · Sentinelles de Jean-François Sivadier

Par Clémentine · Retour sur Sentinelles de Jean-François Sivadier

Photo Jean-Louis Fernandez


"Chacun tente d’atteindre son objectif en défendant ses idéaux mais cela peut s’avérer plus difficile que prévu car quelle place prendre quand on n’est “que” virtuose à côté d’un prodige ?"

Ami·e·s bisontin·e·s ou d’ailleurs, peut-être avez vous eu la chance d’assister en avril 2022 à l’une des représentations de Sentinelles au CDN. Si ce n’est pas le cas, pas de panique, rien n’est totalement perdu. Vous avez peut-être loupé la pièce en direct (sauf si vous êtes motivés à traverser la France pour y assister) mais il vous est toujours possible de la lire et croyez moi elle vaut le détour.


Cette pièce m’a profondément touchée et interpellée au cours de son visionnage mais également au fil de mes nombreuses relectures. C’est donc avec grand plaisir que je vous la partage! Pour les passionnés de musique, de théâtre et même plus généralement de l’art, foncez!


Tout d’abord parce que l’histoire est passionnante (il faut le dire) mais également parce qu’elle est pleine de réflexions sur la musique mais qui peuvent s’appliquer à tout autre domaine artistique.


Avec Sentinelles, Jean-François Sivadier, l’auteur et metteur en scène, nous plonge dans le monde de la musique au travers de trois personnages : Swan, le rigoureux et romantique du groupe qui espère changer le monde par la musique. Raphaël, plus terre à terre, il défend l'idée que l’art se doit d’être politique. Et enfin Mathis, fils d’une grande pianiste, qui lui voit la musique comme un moyen d’introspection, une quête intérieure.


Tous trois sont amis d’enfance, tous trois ont une éducation différente, tous trois intègrent ensemble une grande école de musique, tous trois ont une vision de l’art et du monde divergente, tous trois sont des pianistes virtuoses mais un seul d’entre eux est un prodige.


Chacun tente d’atteindre son objectif en défendant ses idéaux mais cela peut s’avérer plus difficile que prévu car quelle place prendre quand on n’est “que” virtuose à côté d’un prodige? Quel équilibre trouver entre les différents désaccords qui peuvent survenir comme par exemple sur la question de comment s’habiller pour aller assister à un concert ou un opéra. Swan défend l’idée que sa tante qui économise toute l’année pour se payer ses places est en droit de vouloir bien s’habiller pour aller y assister, ce à quoi Raphaël lui rétorque : “Ta tante, elle fait ce qu’elle veut, je m’en fous de ta tante. Le problème, c’est qu’elle n’imagine même pas pouvoir entrer dans une salle de concert en jeans et en baskets, il y a un problème. Il y a un problème dans l’imaginaire collectif. Et c’est grave, putain. Qu’est-ce qui est grave? L’idée que l’art, ça se mérite.”


Ceci n’était qu’un petit avant-goût de toute la richesse dont recèle Sentinelles. J’espère qu’il aura suffi à vous convaincre de courir dans une librairie ou une bibliothèque!


· Par Clémentine, publié le 9 février 2023 ·




Je pense donc je critique réunit les chroniques culturelles éditées par les étudiant·e·s participant·e·s de l'atelier d'écriture critique initié par le service science, arts et culture de l'Université de Franche-Comté, en partenariat avec Radio Campus Besançon et le Théâtre Universitaire de Franche-Comté. Chroniques à lire sur theatre-universitaire-fc.fr et à écouter sur campusbesancon.fr



コメント


bottom of page